Adultère, les causes et quelques chiffres

Depuis l’apparition des sites de rencontres entre hommes et femmes mariés, les médias s’intéressent de plus en plus à la question de l’adultère qui tend à apparaître aujourd’hui comme un nouveau style de vie. Phénomène social existant et pratiqué depuis plusieurs siècles, les relations extraconjugales s’expliquent par divers facteurs et motivations.
 

L’adultère, des causes variées

La France recense chaque année près de 250.000 couples qui prennent des engagements d’amour et de fidélité pour le restant de leur jour. Et pourtant, plus de 70 % de ces nouveaux couples pratiqueront l’infidélité au moins une fois dans leur vie. Ce qui justifie clairement la croissance de l’adultère durant les 20 dernières années comme le montrent les statistiques de certains instituts de sondage. Ces sondages montrent par ailleurs que les réelles motivations de l’infidélité sont bien différentes de la perte de désir ou l’envie de réaliser des fantasmes avec de nouveaux partenaires.  De ce fait, 27 %  des personnes adultères affirmeraient avoir pratiqué l’infidélité au cours d’une période de crise dans le couple, pendant que 25 % des sondés expliquent leur passage à l’acte comme une vengeance suite à une infidélité reconnue par l’autre conjoint. Seulement 4 % des actes d’adultère auraient pour motivation le désir de casser la routine et la réalisation de fantasmes inassouvis en couple ne représenterait que 17 %.
 

Adultère, le rapport des Français à la sexualité

D’après l’enquête Sofres/Le Nouvel Obs/RTL de 2009, 74 % des Français considèreraient le sexe comme un élément fondamental dans leur vie, notamment pour satisfaire ses besoins et pulsions naturels et partager un moment de complicité avec son partenaire officiel. Les résultats de ce sondage indiquent également que nos compatriotes sont 77 % à considérer que l’infidélité ouvre la voie à la ruine de la relation de couple et conduit au divorce. 56 % de Français affirment néanmoins qu’ils ne sont pas disposés à avoir des rapports sexuels avec une personne pour qui ils n’éprouvent aucun sentiment amoureux. Quoi qu’il en soit, 55 % de nos compatriotes conseillent pour prémunir son couple de l’adultère, de chercher à assouvir tous ses fantasmes sexuels avec son partenaire habituel. De plus, cette étude de 2009 montre bien que l’adultère est, plutôt qu’un nouveau mode de vie, un fait de société qui s’avère plus facile à aborder (grâce notemment a l'apparition de la rencontre adultère sur internet) dans les conversations de nos jours.
 

L’adultère en chiffres

Selon Lucy Vincent, chercheuse en neurobiologie du comportement amoureux au CNRS, l’adultère serait la véritable nature de l’être humain, tandis que l’amour ne serait qu’un processus chimique vide. Elle justifie sa thèse par le fait que l’homme serait génétiquement programmé pour n’avoir que des relations sentimentales d’une durée de 30 mois au maximum, durée correspondant à la période allant de la conception d’un enfant, à la fin de l’allaitement maternel. Toutefois, l’enquête Sofres/Nouvel Obs/RTL révèle que seulement 30 % des couples mariés ou non ont connu une infidélité dans les deux premières années de leur relation. Par ailleurs, les Français définissent différemment l’adultère. Ainsi, 30 % estiment qu’il n’y a adultère que lorsqu’un contact physique s’établit entre les deux partenaires, tandis que d’autres lient les discussions par messagerie ou une relation virtuelle à de l’adultère. Soyons toutefois rassurés, car 58 % des Français seraient disposés à oublier et pardonner l’infidélité de leur partenaire.